top of page

MANCHES D'OUVERTURE ET CHAMPIONS DU MONDE | 1950 - 1959

Gagner la première manche d'un championnat du monde, c'est envoyer un message fort à la concurrence. Mais on l'a vu avec Ferrari et Leclerc en 2021, envoyer un message ne suffit pas à garantir le titre.


Dans cette série d'articles, nous passons en revue chaque manche d'ouverture et regardons si oui ou non le vainqueur a tenu ses promesses ! Commençons par les 10 premières saisons du championnat du monde.


Sauter à (cliquez sur l'année) :

 

1950 - Oui

Grand-Prix de Grande-Bretagne

Piste : Silverstone

Date : 13 mai

Pole position : Giuseppe Farina (Alfa Romeo)

Meilleur tour : Giuseppe Farina (Alfa Romeo)

Pilotes dans les points :

  1. Giuseppe Farina (Alfa Romeo)

  2. Luigi Fagioli (Alfa Romeo)

  3. Reg Parnell (Alfa Romeo)

  4. Yves Giraud-Cabantous (Talbot-Lago)

  5. Louis Rosier (Talbot-Lago)

Comment que ça s'est passé ?

Alfa Romeo a outrageusement dominé le championnat avec 100% de victoires. Si "Nino" Farina n'a pas été le plus fort face à Fangio sur l'ensemble des courses de F1, l'italien l'a été sur les 7 qui comptaient pour le championnat du monde. Enfin je dis ça... J'oublie que mes chiffres sont faux à cause des 500 Miles d'Indianapolis monopolisés par les américains, mais vous avez l'idée.

 

1951 - Oui

Grand-Prix de Suisse

Piste : Bremgarten

Date : 27 mai

Pole position : Juan Manuel Fangio (Alfa Romeo)

Meilleur tour : Juan Manuel Fangio (Alfa Romeo)

Pilotes dans les points :

  1. Juan Manuel Fangio (Alfa Romeo)

  2. Piero Taruffi (Ferrari)

  3. Giusepe Farina (Alfa Romeo)

  4. Consalvo Sanesi (Alfa Romeo)

  5. Toulo de Graffenried (Alfa Romeo)

Comment que ça s'est passé ?

Ferrari est bien revenu en fin de saison, en devenant la première équipe non Alfa Romeo à gagner avec Gonzalez. Il n'empêche que Fangio a été impitoyable et a remporté son premier titre mondial en fin de saison.

 

1952 - NON

Grand-Prix de Suisse

Piste : Bremgarten

Date : 18 mai

Pole position : Giuseppe Farina (Ferrari)

Meilleur tour : Piero Taruffi (Ferrari)

Pilotes dans les points :

  1. Piero Taruffi (Ferrari)

  2. Rudi Fischer (Ferrari)

  3. Jean Behra (Gordini)

  4. Ken Wharton (Frazer Nash-Bristol)

  5. Alan Brown (Cooper-Bristol)

Comment que ça s'est passé ?

Un changement de réglementation s'est traduit par la fuite d'Alfa Romeo. Fangio a trouvé refuge chez Maserati mais s'est blessé en cours de saison. Si on oublie une nouvelle fois les 500 Miles d'Indianapolis, Ferrari fait du Alfa avec 100% de victoires. Taruffi gagne la manche d'ouverture mais le champion, absent sur cette première manche, est Alberto Ascari. L'italien gagne 6 des 8 manches de la saison : en termes de ratio, c'est un record qui demeure inégalé.

 

1953 - OUI

Grand-Prix d'Argentine

Piste : Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Date : 18 janvier

Pole position : Alberto Ascari (Ferrari)

Meilleur tour : Alberto Ascari (Ferrari)

Pilotes dans les points :

  1. Alberto Ascari (Ferrari)

  2. Luigi Villoresi (Ferrari)

  3. José-Froilán González (Maserati)

  4. Mike Hawthorn (Ferrari)

  5. Oscar Alfredo Gálvez (Maserati)

Comment que ça s'est passé ?

Ascari poursuit sur sa lancée avec un grand chelem en Argentine. Il gagne 5 des 8 manches de la saison et sera seul au monde, même si Fangio fait lentement et progressivement son retour en fin de saison.

 

1954 - OUI

Grand-Prix d'Argentine

Piste : Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Date : 17 janvier

Pole position : Giuseppe Farina (Ferrari)

Meilleur tour : José-Froilán González (Ferrari)

Pilotes dans les points :

  1. Juan Manuel Fangio (Maserati)

  2. Giuseppe Farina (Ferrari)

  3. José Froilán González (Ferrari)

  4. Maurice Trintignant (Ferrari)

  5. Elie Bayol (Gordini)

Comment que ça s'est passé ?

Fangio est de retour et en pleine forme ! Il prend sa 8e victoire et cela va générer le record le plus incroyable de l'histoire, un record qui ne sera sûrement jamais reproduit : il gagne deux des trois premières courses avec Maserati. Dès le GP de France, il rejoint Mercedes et gagne 4 autres courses. Il est le seul pilote sacré avec deux constructeurs différents.

 

1955 - OUI

Grand-Prix d'Argentine

Piste : Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Date : 16 janvier

Pole position : José Froilán González (Ferrari)

Meilleur tour : Juan Manuel Fangio (Mercedes)

Pilotes dans les points :

  1. Juan Manuel Fangio (Mercedes)

  2. Giuseppe Farina ; José Froilán González ; Maurice Trintignant (Ferrari)

  3. Giuseppe Farina ; Umberto Maglioli ; Maurice Trintignant (Ferrari)

  4. Hans Herrmann ; Karl Kling ; Stirling Moss (Mercedes)

  5. Roberto Mieres (Maserati)

Comment que ça s'est passé ?

Fangio est impossible à arrêter : après son 2e titre, il gagne en Argentine et inscrit un nouveau record de victoire avec sa 14e. Cette victoire est d'autant plus impressionnante que tous ses concurrents (sauf un) ont fait la course en se relayant, la chaleur étant particulièrement intense.

 

1956 - UN PEU (?)

Grand-Prix d'Argentine

Piste : Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Date : 22 janvier

Pole position : Juan Manuel Fangio (Ferrari)

Meilleur tour : Juan Manuel Fangio (Ferrari)

Pilotes dans les points :

  1. Luigi Musso ; Juan Manuel Fangio (Ferrari)

  2. Jean Behra (Maserati)

  3. Mike Hawthorn (Maserati)

  4. Chico Landi, Gerino Gerini (Maserati)

  5. Olivier Gendebien (Ferrari)

Comment que ça s'est passé ?

50/50 ? Fangio remporte la manche d'ouverture et le titre : mais ce jour-là il partageait le volant avec Luigi Musso, pour sa première participation avec Ferrari, suite au retrait de Mercedes après le drame du Mans 55.

 

1957 - OUI

Grand-Prix d'Argentine

Piste : Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Date : 13 janvier

Pole position : Stirling Moss (Mercedes)

Meilleur tour : Stirling Moss (Mercedes)

Pilotes dans les points :

  1. Juan Manuel Fangio (Maserati)

  2. Jean Behra (Maserati)

  3. Carlos Menditeguy (Maserati)

  4. Harry Schell (Maserati)

  5. José Froilán González ; Alfonso de Portago (Ferrari)

8. Stirling Moss (Mercedes)

Comment que ça s'est passé ?

C'est presque chiant à force, non ? "Heureusement", ce sera la dernière participation de Jean-Manu dans un championnat du monde. Dans ce début de saison dominée par les Maserati (regardez le top 4...), il avait peu de concurrence mais le retour des Ferrari et l'arrivée des Vanwall rendent épique sa victoire lui donnant le titre en Allemagne.

 

1958 - Non

Grand-Prix d'Argentine

Piste : Autódromo Juan y Oscar Gálvez

Date : 19 janvier

Pole position : Juan Manuel Fangio (Maserati)

Meilleur tour : Juan Manuel Fangio (Maserati)

Pilotes dans les points :

  1. Stirling Moss (Cooper)

  2. Luigi Musso (Ferrari)

  3. Mike Hawthorn (Ferrari)

  4. Juan Manuel Fangio (Maserati)

  5. Jean Behra (Maserati)

Comment que ça s'est passé ?

La première des deux seules saisons de l'histoire où le champion du monde n'a gagné qu'une seule course. Et il n'a pas gagné la première. Stirling Moss remporte la première manche et mène une saison forte, mais le futur champion, Mike Hawthorn est 3e. Dédicace au "retraité" Fangio qui participe à son GP national avec pole et meilleur tour.

 

1959 - OUI

Grand-Prix de Monaco

Piste : Monte-Carlo

Date : 10 mai

Pole position : Stirling Moss (Cooper)

Meilleur tour : Jack Brabham (Cooper)

Pilotes dans les points :

  1. Jack Brabham (Cooper)

  2. Tony Brooks (Ferrari)

  3. Maurice Trintignant (Cooper)

  4. Phil Hill (Ferrari)

  5. Bruce McLaren (Cooper)

Comment que ça s'est passé ?

Moss domine à nouveau la manche d'ouverture mais sa mécanique le trahit aux 80% de la course. Jack Brabham prend sa première victoire et ce sera une victoire importante dans un championnat serré pour prendre son premier titre.

 

Tu as tout lu ? Bon allez, pour te féliciter, tu as le droit de regarder une image de Alberto Ascari qui te regarde avec un mec qui te pointe du doigt.


Kommentare


bottom of page