C'est quoi des limites de piste ?

C'est quoi, physiquement, les limites de la piste ? L'astroturf, les vibreurs, les dégagements en font-ils parties ? Vous serrez très fortement surpris par la réponse, notamment sur un point en particulier. Fichtre, quelle accroche !


Pour chaque circuit homologué par la FIA, la piste est obligatoirement délimitée par deux lignes blanches, à droite et à gauche (ou l'inverse). Je précise obligatoirement car, pour certains vieux tracés, on peut penser à tort que l'herbe suffit. Pour l'exemple que tout le monde comprendra, ces deux lignes blanches fonctionnent comme les lignes de touches au football : elles font partie de la piste. Pour faire encore plus simple : si vous êtes dessus, vous êtes sur la piste. Si vous avez franchi la TOTALITÉ de la ligne, alors vous êtes dehors.


En conséquence, comment savoir si une voiture a franchi les limites de la piste. Que dit le règlement sportif en F1 ? Nous voilà à la page 13, alinéa 4.2.3 :

"Drivers will be judged to have left the track if no part of the car remains in contact with it and, for the avoidance of doubt, any white lines defining the track edges are considered to be part of the track but the kerbs are not."

Traduit par un humble directeur de course (je suis très humble et très directeur de course), cela donne :

"Les pilotes seront considérés comme ayant quitté la piste si aucune partie de la voiture ne reste en contact avec elle et, pour éviter toute ambiguïté, toute ligne blanche définissant les bords de la piste est considérée comme faisant partie de la piste mais les bordures ne le sont pas."
PHOTO : Tony

Pour synthétiser : il faut toujours qu’au moins une roue soit dans les limites de la piste ; si un pilote passe la ligne blanche avec les quatre roues il sera signalé aux commissaires sportifs ; les vibreurs ne font pas partie des limites de la piste ; si une voiture a les quatre roues derrière un vibreur, elle est encore moins dans les limites de la piste. Logique.


Néanmoins, le directeur de course peut, à chaque épreuve, éditer des notes qui prennent le dessus sur le Code Sportif.


Et c’est là que cela coince.


Ces derniers temps, très peu de pilotes n'ont été pénalisé pour avoir roulé en totalité sur le vibreur ; pour ne pas dire aucun. On considère encore à ce jour que le fait de rouler sur un vibreur (une surface non asphaltée et en béton) fait perdre du temps. Cependant, dépendamment du vibreur et de l’appui démentiel des monoplaces actuelles, on note des gains de temps, petits, mais notables tout de même. Depuis plusieurs saisons, je ne comprends pas la logique de Masi : il est le seul et unique responsable de ce cafouillage, et non la FIA qui a un règlement très clair. On entre même dans le côté pervers du fameux « let them race » : on ne les pénalise pas, même s’ils vont à 3 km hors de la piste !


Le souci c’est que, je ne sais pas si vous avez déjà lu une note de Masi, mais on peut y lire des choses telles que : « T3 [Virage 3] vous pouvez prendre le vibreur intérieur à deux roues, mais attention, à la sortie du T3, le vibreur extérieur côté T4, vous pouvez faire ce que vous voulez, sauf en qualif où le temps est annulé si vous partez au large ». Alors bien sûr j’exagère ; mais pour moi un retour aux bases est la meilleure des choses à faire, c’est-à-dire : les lignes et point final. Si on demande à peindre des kilomètres de lignes blanches sur une piste, ce n’est pas pour casser les 🥜 aux employés du circuit.

PHOTO : Tony

Pour les futurs GP, je vous invite donc à lire les notes et annexes de courses afin de savoir ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. Vous pouvez trouver ça en cliquant sur le lien.


Je vous invite également à voter pour moi aux prochaines élections du directeur de course de la F1. Voici d’ailleurs ma profession de foi : par semaine durant toute l’année et tous les Grands-Prix ont lieu au Paul Ricard, avec comme seules limites de pistes les barrières de sécurité.


J’espère avoir éclairé la lanterne de certain et je suis, bien sûr, à disposition pour toute question !


Retrouve (et contacte !) Tony sur son compte Twitter :





Mots-clés :